AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum connait un renouveau.
La partie RP est désormais officiellement ouverte, bon jeu à tous parmi nous Very Happy

Partagez | 
 

 Now the drugs don't work. They just make you worse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Declan J. Adams

avatar

█ Messages : 50
Métier : Chanteur/Compositeur

MessageSujet: Now the drugs don't work. They just make you worse   Lun 1 Mar - 19:19


Hide my head I want to drown my sorrow
No tomorrow, no tomorrow
And I find it kind of funny
I find it kind of sad
The dreams in which I'm dying
Are the best I've ever had

Declan avait préféré quitter le groupe d'amis qu'il était venu voir, il ne voulait pas laisser tomber ses anciens amis, mais force était de constater que la plupart avait gardé le mode de vie qu'il préférait évitait à présent. Peut être pas les véritables, mais ceux là, il les avait chassé de sa vie, et une petite poignée seulement était resté. Ici dans la Valley, il n'était pas vraiment à sa place, plus vraiment. Il avait tendance à descendre dans ses quartiers quand il venait faire provision de drogues, ou faire des fêtes voir des orgies dont il ne se souvenait pas le lendemain. En gros, il ne connaissait pas vraiment le quartier, et avait l'impression constante que sans ses lunettes de soleil trônant sur son nez, il se ferait dévisager, et peut être même chasser. Il arriva prêt d'un parc, un de ses parcs qui grouillait de gosses, de junkies, ou des sans abris. Un vrai parc, pas comme ceux un peu trop aseptisés qui se trouvait dans les quartiers riches de la ville.

Il passa sa capuche sur sa tête, et enfouit les mains dans les poches de son sweat avant de franchir le portail, ou plutôt de sauter par dessus la petite barrière en métal qui trônait à l'entrée. Il ne savait pas vraiment ce qu'il allait faire, cela lui arrivait beaucoup depuis qu'il avait arrêté de se droguer, beaucoup plus de temps libre, passait à composer ses chansons, entre autre. Il avait renoncé à pas mal de son cercle social. Mais il ne s'en plaignait pas, à vrai dire la solitude lui convenait plutôt bien. Il déambula un moment dans le parc, avant de se laisser tomber sur un vieux banc, ou il n'y avait personne et sortit un bloc note qu'il trainait partout, l'inspiration ne prévenait pas et surtout il y écrivait un peu tout et n'importe quoi, des pensées qui lui traversait l'esprit.

Il fredonnait doucement, une de ses nouvelles chansons, ne prêtant pas vraiment d'attention à ce qui se passait autour de lui, même si il avait conscience des différentes allées et venues, les ombres des passants se reflétant sur le papier plus vraiment blanc, il sortit un stylo, et tapota d'un geste instinctif sur sa cuisse, trouvant une rythmique pour les paroles qu'il était entrain de griffonner. Une ballade pas vraiment mais un morceau pour le moins plus calme que ce qu'il avait l'habitude de faire, une chanson qui se prêtait plus à l'acoustique des petites salles qu'il visait maintenant. Il avait beau avoir une certaine notoriété, depuis les années, ce n'était plus vraiment après la gloire qu'il courait mais plutôt retrouver la sensation grisante de ses débuts, faire de la musique pour la musique et pas pour gagner des millions à chaque Cds, voilà pourquoi il n'acceptait plus les compromis, et avait troqué une maison de disque à succès, pour un label indépendant qui correspondait plus à ses nouveaux idéaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirley Kelson

avatar

█ Messages : 79

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Mer 3 Mar - 13:54

    A la fin de son service, Shirley était rentrée chez elle pour remettre en route son rituel. Seulement, elle n'avait pris ses devants et elle n'avait absolument plus rien qui lui permettrait de se libérer. Fatiguée, elle passa donc un coup de fils, un de ses coups qui la faisait se sentir minable. En effet, elle avait toujours eu l'impression d'être indépendante seulement lorsqu'elle lui téléphonait, elle savait qu'elle ne l'était pas parce qu'elle était consciente d'être totalement dépendante de lui. De ce fait elle se sentait donc minable car elle savait que sans lui, elle n'était plus rien.

    Elle avait donc remis en place ses mèches afin de sortir de chez elle pour ne pas éveiller les soupçons dans le parc où elle se dirigeait. L'apparence était toujours primordiale et encore plus, lorsqu'elle se devait de cacher un problème qui vous dépassait. Les mains dans les poches, Shirley serrait les poings car elle sentait la sensation de manque reprendre le dessus sur elle. Toutefois, elle tenue bon jusqu'à l'arrivée d'un de ses dealers. Elle s'approcha doucement et jeta un coup d'œil rapide pour être sure que personne ne les regardait. En un temps éclair, la drogue et l'argent changèrent de mains sans que personne n'est pu le remarquer. Au début, ce n'était pas aussi discret car il fallait apprendre les gestes mais au bout d'un certain temps, ils devenaient mécanique. On ne les accomplissait plus pour se faire plaisir seulement pour combler le manque.

    Passant doucement une main dans ses cheveux, Shirley regardait donc son dealer partir avec un regard d'impuissance. Elle aurait pu le rappeler, refaire l'échange mais en vérité, elle n'en avait ni la force ni l'envie. Elle avait de plus en plus besoin de cette dose qui devenait plus fréquente et plus quantitative mais aussi plus chère. Personne ne pouvait s'en plaindre car elle était une cliente régulière et rentable. Évidemment, tout ne tournait pas toujours bien mais elle connaissait les risques. Elle se retourna ensuite et recommença à marcher vers la sortie du parc, seulement, elle dut s'arrêter net lorsqu'elle aperçut Declan au loin. Elle soupira simplement puis sortit le petit sachet qu'on venait de lui vendre pour attraper un des cachets qu'il contenait. Si il devait venir à remarquer sa présence, elle préférait de pas être sans rien dans le sang. Elle l'avala très vite puis rangea le tout dans sa poche puis attrapa son paquet de clope. Elle en déposa une entre ses lèvres et au moment où elle le vit sortir son carnet et écrire, elle se dirigea vers la sortie d'un pas précipité.

    Toutefois, comme elle avait l'habitude que tout ne se passe pas comme elle l'avait prévu, elle fut dans l'obligation de s'arrêter juste en face du banc où Declan reposait puisqu'elle avait du rattraper un enfant qui avait failli tomber. S'accroupissant, elle jeta sa clope pas terminée et s'assura qu'il allait bien. Elle avait toujours été différente avec eux parce qu'ils n'avaient rien à avoir avec les adultes. Ils n'essayaient jamais de vous aider ou de savoir ce qu'ils n'allaient pas parce qu'ils vivaient dans leur monde bien à eux. « Tu devrais aller retrouver tes parents avant qu'ils ne s'inquiètent. » Elle lui sourit puis le laissa courir vers eux. Désormais, elle avait deux options soit elle continuait son chemin, soit elle l'abordait. Elle choisit alors la plus simple, celle de continuer son chemin sans l'aborder parce qu'elle n'avait absolument aucune envie de lui parler. Avec un peu de chance, il n'aura même pas remarquer sa présence. Seulement la chance était rarement de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan J. Adams

avatar

█ Messages : 50
Métier : Chanteur/Compositeur

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Dim 7 Mar - 17:14

Declan était perdu dans son monde, son univers sans vraiment prêté attention à ce qui l'entourait, mais il finit cependant par sortir de ses pensées en entendant une voix qu'il connaissait bien, il releva les yeux et identifia la silhouette qu'il avait fini par connaitre, et il remarqua qu'elle semblait prête à fuir leur rencontre. Ce qui soyons honnête ne l'étonnait pas vraiment, ils n'avaient pas les meilleurs rapports du monde, sachant qu'il essayait tant bien que mal de lui faire quitter un enfer qu'il avait connu de trop près mais qu'il était un peu indélicat et pas dans le genre technique douce.

" Un rendez vous avec ton dealer, Shirley ? " lâcha-t-il, laconique, toute expression absente de son visage.

En même temps, il ne connaissait pas sa vie, mais il savait qu'il y avait de fortes chances que de venir dans un endroit animé ou personne ne surveillait les gestes de personnes étaient sans conteste, le lieu idéal pour ce genre d'échange, et il la voyait mal n'avoir rien à se reprocher si elle fuyait aussi vite qu'elle était venu. Il laissa ses jambes reprendre leur place initial et arqua un sourcil avec un petit air interrogatif. Il n'y avait pas eu d'accusation ou même de reproche dans sa question, même si elle était rempli d'une certaine ironie qui était plus habituel que vraiment destiné à l'égard de la jeune femme. Il savait que la mettre sur le banc des accusés ne serviraient pas franchement à grand chose, et la question avait été plus rhétorique qu'à cherchait à avoir une véritable réponse.

" Enfin, tu as l'air pressée, je veux pas te retenir pour faire un petit bilan de comment gâcher sa vie en dix leçons, tu finiras bien par l'apprendre toi même. A moins qu'il ne soit trop tard pour cela."

Trop tard, parce qu'elle aura succombé à une overdose, ou trop tard parce qu'elle aura détruit tout le monde autour d'elle, comme lui même avait fait. Maintenant, il n'avait plus d'autre choix que de vivre avec sa culpabilité qui ne s'apaisait pas au fur et à mesure du temps comme on aurait pu le croire. Il y avait des erreurs que rien ne pouvait racheter, même pas de sincères regrets, il eut alors une pensée pour Jamie, comme c'était souvent le cas, quand il faisait face à ses vieux démons. L'impuissance et la rage aurait pu prendre le pas sur lui, à ce moment précis mais il savait que si il désirait aider la jeune femme qui se tenait face à lui, c'était parce que d'une certaine manière, il pourrait finalement se rendre utile pour quelqu'un. Voilà, pourquoi il insistait autant alors qu'il savait pertinement qu'elle ne voulait pas de son aide, comme lui n'avait pas voulu de l'aide de personne quand il était sous l'influence des drogues. Sortant des phrases pathétiques comme " je contrôle, ce que je fais" ou " Je m'arrête quand je veux ", il avait fallu qu'il comprenne l'ampleur réel du piège avant d'accepter qu'on lui tende la main.

Il reposa ses yeux sur son bloc note, pas forcément apte à faire du rentre dedans, et l'obligeait à lui refiler la merde qu'elle avait sur elle, pour qu'il s'en débarrasse. D'ailleurs, il avait toujours la peur de retomber lui même dans cet engrenage infernal alors qu'il était pourtant clean depuis deux ans. Il suffisait peut être d'un mauvais moment, d'une mauvaise journée et le réconfort artificiel aurait pu être trop tentant pour lui. Il passa une main fatigué sur sa nuque, c'était bizarre comme il avait l'impression d'avoir pris une dizaine d'année que son organisme était propre et sans reproche. Il ne pensait pas être le meilleur candidat pour aider quelqu'un mais au moins il savait de quoi il parlait, et elle n'obtiendrait jamais la moindre pitié de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirley Kelson

avatar

█ Messages : 79

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Mar 9 Mar - 0:16

    Shirley soupira silencieusement en entendant la voix de Declan retentir derrière elle. Pourtant, elle ne se retourna pas immédiatement parce qu'elle optait encore pour la deuxième option : fuir. C'était ce qu'elle savait faire de mieux après tout devant ses problèmes, toujours choisir la solution de facilité histoire de ne pas se compliquer la vie. Elle en avait bien fait les frais jusqu'à présent et son addiction aux substances illicites ne pourrait pas dire le contraire. Seulement, lorsque Declan reprit la parole, elle ressentit un sentiment de colère la pénétrait et elle ne pouvait plus faire comme ci ne rien n'était alors elle se retourna, gardant pourtant un sourire sur ses lèvres. « C'est sure que toi, question gâché sa vie, tu t'y connais! Tu penses prendre combien pour m'instruire ? Deux, trois kilos. Oh, mais c'est vrai, j'avais oublié que tu valais mieux que moi sur ce domaine là. » Elle croisa nerveusement les bras puis commença à soutenir le regard du jeune homme.

    Elle ne souvenait plus du moment où il avait commencé à faire parti de sa vie en détails. Tout ce dont elle se rappelait, c'est qu'elle aurait aimé pouvoir revenir en arrière pour ne pas se retrouver en manque dans cette ruelle. Tout s'était passé si vite qu'elle ne l'avait pas venu venir, son corps avait soudainement eu très froid et son cœur avait commencé à battre plus rapidement. Le souffle coupé, elle avait ensuite commencé à sentir que ses jambes ne supportaient plus le poids de son corps et s'était vue dans l'obligation de se poser dans un coin sombre. Elle aurait pu devenir folle si Declan n'était pas passé par là et ne l'avait pas emmené à l'hôpital. En se réveillant seule dans cette chambre d'hôpital, elle ne se rappelait pas avoir essayer de résister. Toutefois, elle se souvenait parfaitement avoir détesté la sensation qu'elle avait ressentie en se réveillant. En effet, un sentiment de solitude s'était emparée d'elle et ne l'avait plus du tout quittée. Elle avait alors simplement pris ses affaires et avait quitté cet endroit le plus rapidement possible pour aller se reshooter au plus vite. Mais ce dont elle n'avait pas pris conscience c'est que Declan se découvrirait subitement un élan de super héros.

    Elle glissa ensuite sa main dans sa poche pour en sortir son paquet de cigarettes et en cala une entre ses lèvres avant de l'allumer. En y repensant plus sérieusement, elle était déjà consciente d'avoir ruiner sa vie. Elle ne parlait plus à son frère, ses amis proches pouvaient se compter sur les doigts d'une main et les relations qu'entrainaient son travail n'étaient absolument pas au beau fixe sans compter qu'elle le haïssait mais qu'elle n'avait absolument pas envie d'en changer. Elle n'avait jamais eu d'ambition et ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait y remédier. Elle laissa ensuite un volute de fumée s'échappait au dessus de sa tête puis regarda plus sérieusement le jeune homme. « Pourquoi tu tiens à m'aider ? » L'intonation de sa voix se faisait méfiante et montrait bien qu'elle n'était absolument pas prête à faire entrer quelqu'un dans sa vie.

    En effet, le simple fait de devoir accepter l'aide de quelqu'un lui écorchait la gorge. Elle s'était toujours débrouillée seule et elle n'avait absolument pas la moindre envie de devenir dépendante à quelqu'un qui ne lui ferait pas du bien. La drogue s'était différent, elle arrivait au moins à la libérer et en plus de ça, elle ne posait pas de question si on payait en temps et en heure. Mais la véritable raison de ce refus était que Shirley refusait de se retrouver seule face à cette dépendance. Après tout, qui pouvait lui prouver que Declan serait encore là dans un an ou même dans une semaine. Qui pouvait lui prouver que lorsqu'elle l'appellerait pour la énième fois afin de demander de l'aide, il répondrait toujours présent. Les mots étaient toujours plus facile à dire et les actes toujours plus difficile à mettre en œuvre. C'était pour ces simples incertitudes que Shirley était incapable de faire confiance à quelqu'un qui disait vouloir l'aider sans lui demander d'abord son avis. Son ton se fit alors plus dur et plus ironique parce qu'elle voulait couper court à la discussion le plus vite possible. « Inutile de préciser à quel point tu perds ton temps. Je n'ai pas besoin de ton aide, Superman, sauf si tu décides subitement de m'aider à payer mes doses. Au quel cas, tu peux toujours tenter ta rédemption en allant faire la charité pour les cathos au coin de la rue! Avec un peu de chance, ils t'accepteront peut être même au paradis, si l'enfer te fait si peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan J. Adams

avatar

█ Messages : 50
Métier : Chanteur/Compositeur

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Mar 9 Mar - 19:07

La colère, réaction normal tout comme la fuite, alors il laissa la jeune déversait son venin sur lui, il était assez immunisé à vrai dire, et si elle comptait que cela le ferait fuir, fallait qu'elle fasses un peu mieux, il releva cependant le regard sur elle, l'air impassible, une pointe de sourire cynique se dessinant d'ailleurs presque sur son visage, tellement tout cela était prévisible. Même si il comprenait parfaitement ses réactions et ses questions, et peut être n'avait elle pas vraiment tort, d'une certaine manière, il se servait d'elle pour se racheter une conduite ou peut être parce qu'il se reconnaissait un peu trop bien en elle, dans ses réactions, et qu'il se sentait lié à elle, d'une manière un peu bizarre. Il finit par tirer une cigarette de la poche de son jean, et la porta à ses lèvres, l'allumant avant d'en tirer une bouffée, et de l'exhaler avec une certaine lenteur. Il finit par haussait les sourcils d'un petit air faussement interrogateur, et quand elle sembla avoir finit, il reprit la parole.

" C'est tout ce que tu peux faire ? Oh, come on, je suis sûre que tu es capable de beaucoup plus blessant que cela, ma jolie. " dit il ne prenant même pas la peine de cacher la pointe de cynisme qui hantait ses paroles.

Le truc était qu'elle avait beau prétendre qu'il perdait son temps, ou autre affirmation dans le même calibre, il la cernait un peu plus qu'elle ne pouvait le savoir, elle n'avait pas la lucidité nécessaire. Il reporta sa cigarette à ses lèvres, et focalisa son attention sur la jeune femme, la détaillant des pieds à la tête, scrutant les cernes sous ses yeux, la maigreur de ses traits, tous les symptômes qu'elle ne semblait même plus prendre la peine de cacher, elle devait se droguer depuis pas mal de temps, à vrai dire. Ils n'avaient jamais été jusqu'à aborder ce genre de détails, à vrai dire, il ne savait pas grand chose d'elle. Sauf qu'elle ne voulait pas de son aide, et il aurait pu très bien se contentait de tout cela, mais il savait parfaitement que proclamait ne pas vouloir d'aide était totalement différents de ne pas en avoir réellement besoin. Il savait aussi que la drogue avait d'autres effets néfastes, en plus de vous ruiner la santé, cela vous rendez méfiant, paranoïaque, et égoïste. Un cocktail parfait et détonnant qui ne pouvait que vous couper du monde et des gens qui cherchait à vous tendre la main, comme ci tout cela n'était qu'un effet de plus, renforçant l'impossibilité de sortir de cette addiction.

" Et pour être totalement honnête avec toi, je te proposes pas mon aide, je te proposes un bon coup de pied au cul. " Un petit rictus presque carnassier se profila sur son visage " Parce que bouhou la vie est trop injuste, et tu n'as pas le choix, c'est la drogue qui guide tes actions, hein ? Ben tu sais quoi, continue à te répéter cela bien gentiment tant que tu peux, mais la vérité, c'est que tu es la seule responsable de ce que tu fais."

Il n'allait pas la plaindre, parce qu'il savait que peut être que la première fois, on y goutait juste par tentation, mais la vie actuelle, était assez au faite des méfaits de cette cochonnerie pour qu'on n'assumes pas de choisir d'emprunter ce chemin, la facilité dans un certain sens. Une fuite en avant ! Il était passé par là, et il savait de première main, qu'il avait aussi jouer les mêmes cartes qu'elle, tout ce qu'elle pourrait dire ou faire, il était passé par là. Il avait eu des réactions disproportionné et au final, il n'avait même plus le contrôle de sa vie, c'était la drogue et peut être que cela serait encore le cas, si il n'avait pas fini par prendre conscience qu'il avait besoin d'avoir le contrôle sur sa vie, sortir de cette mauvaise face.

" Maintenant libre à toi, pour finir par crever seule dans un coin dans le meilleur des cas, ou alors tu prends ton courage à deux mains, et tu te dis qu'il est pas trop tard pour que tu sois de nouveau le maitre de ton corps, et pas les saloperies que tu avales à longueur de temps."

Il lui laissait le choix, parce qu'il savait que la forcer n'apporterait rien de bon, il avait été hospitalisé de force, et cela avait échoué à plusieurs reprises. Évidemment , il savait que les choses ne seraient pas simples, et qu'elle n'accepterait pas la bouche en cœur, peut être pas, mais il ferait la même chose à chaque fois qu'il la croiserait, il lui offrirait le choix, ce que la drogue, elle ne lui offrait plus. Elle avait pris le pas sur son libre arbitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirley Kelson

avatar

█ Messages : 79

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Mer 10 Mar - 16:16

    Tirant une dernière fois sur son mégot de cigarette, elle le jeta à ses pieds et releva la tête vers Declan qui semblait avoir fini son speech. Étrangement, elle avait écouté ce qu'il avait à dire jusqu'au bout mais elle ne semblait pas encore tout à fait apte à lui répondre parce que cette conversation refaisait remonter des souvenirs trop douloureux en elle et la mettait surtout face à l'image qu'elle renvoyait d'elle. Elle glissa ensuite ses mains dans ses poches et ne chercha même plus à sourire ou à retenir sa colère. Elle était simplement à bout et on ne pouvait pas dire que le jeune homme lui simplifiait la tache. « Ferme là. Je t'interdis de me juger alors que tu ne me connais pas. Tu dis vouloir m'aider ou me donner un bon coup de pied au cul, peu importe, mais est ce que tu t'es seulement déjà demander comment j'en étais arrivé là ou simplement si j'avais envie d'en sortir ? Non. Mais ouvre un peu les yeux, ce n'est pas parce que tu es passé par là et que tu as eu envie de t'en sortir que tout le monde veut suivre tes traces. Et puis, on y gagne quoi à la fin ? Que dalle, du vent … ou plutôt si de la solitude et de la souffrance. Mais tu peux te les garder, je refuse l'offre. »

    Shirley passa ensuite une main lasse sur son visage et reprit lentement sa respiration pour essayer de ne pas se laisser totalement submerger par ses émotions. Elle le détestait mais pas comme elle avait pu haïr sa mère de ne pas l'avoir aimer comme il fallait ou comme son frère de ne pas avoir eu foi en elle. Non, elle le détestait parce qu'elle n'aimait pas l'air arrogant et sure de lui qu'il affichait sans arrêt. Mais elle haïssait encore plus le simple fait qu'il cherchait à la défaire de sa carapace qu'elle avait mis tant de temps à construire autour d'elle et où elle s'était nichée bien confortablement. C'était si simple de faire semblant de ne pas souffrir et si simple de sourire sans en avoir la moindre envie. Elle avait toujours tout refoulé, seulement maintenant, elle avait l'impression que tout la colère qu'elle avait enfoui au fond d'elle pendant des années remontait petit à petit à la surface. « Je ne ressemble pas à ses pouffiasses qui ont juste commencer à prendre ses saloperies parce que leur vie était trop fade. Je n'ai pas non plus commencer parce que je voulais simplement essayer, j'ai toujours su dans quoi je m'engageais alors arrête ... arrête de vouloir me sortir de là. » Elle marqua une pause parce qu'elle avait besoin de réfléchir, les émotions prenaient le pas sur elle sans qu'elle ne puisse les réfréner. En effet, son intonation ne se faisait que plus haineuse à chaque mot prononcé bien qu'elle gardait toujours le même niveau sonore. Qu'est ce que ça changerait de crier ? Rien parce qu'elle était déjà quasiment sure que Declan allait jouer la sourde oreille et simplement continuer de vouloir l'aider.

    Nerveusement, elle ressortit une cigarette de son paquet et l'alluma en vitesse afin de tirer dessus et s'empêcher de parler parce que chacun des mots qu'elle prononçait la blessaient elle et pas lui. Pourtant l'envie était trop forte parce qu'elle n'avait jamais réussi à se la fermer. « Mais tu sais quoi, good news, je ne suis pas une addicte. » Elle tira de nouveau sur sa cigarette et laissa le tabac venir apaiser ses tensions tout en continuant de réfléchir. Elle savait qu'elle avait besoin de sortir de ce merdier dans lequel elle s'enfonçait jour après jour, mais elle refusait de l'admettre parce qu'en vérité, elle avait une trouille bleue de ce qui pourrait se passer ensuite. C'était l'appréhension de se retrouver de nouveau seule qui lui faisait peur mais aussi l'appréhension du manque. Cela faisait cinq ans qu'elle se droguait et même si au début, elle avait eu des passades où elle pouvait s'en passer, aujourd'hui, elle n'envisageait plus sa vie sans elle. Elle bouchait tous les manques de son existence et elle n'avait pas encore la force d'accepter de changer radicalement de mode de vie. Son regard bifurqua ensuite sur le parc histoire de faire diversion pendant qu'elle vidait la moitié du sachet qu'on lui avait vendu dans sa poche. Elle s'apprêtait juste à mentir pour tenter de le faire sortir définitivement de sa vie parce qu'elle savait qu'elle ne serait pas aussi forte à chacune de leur rencontre. Une fois sa manigance terminée, elle laissa tomber sa cigarette sur le sol et sortit le sachet qui ne contenait désormais que la moitié du contenu. Elle défia alors Declan du regard pendant quelques secondes et lui jeta à la figure. « Je m'en passe quand je veux. Fou le camps de ma vie maintenant, je n'ai pas besoin de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan J. Adams

avatar

█ Messages : 50
Métier : Chanteur/Compositeur

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Mer 10 Mar - 19:00

Declan s'attendait à ce genre de réaction, alors on ne peut pas dire qu'il fut vraiment surpris par la tempête de rage qu'il semblait avoir provoqué chez la jeune femme, et sans broncher encaissa tout ce qu'elle lui envoya dans la tronche. Il se sentait un peu déçu parce qu'elle semblait ne pas comprendre, elle semblait tellement enfoncé qu'il ne savait même pas si il aurait la force de l'aider. Il passa une main sur sa nuque, une fois de plus, il ne pu que faire le rapprochement avec lui même, parce qu'il aurait probablement inapte à s'aider lui même, tellement il n'en avait pas envie, il fut une époque. Cependant la déception se transforma quand elle lui sorti la réplique légèrement usé du drogué de mauvaise foi. Non, évidemment elle n'était pas accro, personne ne l'était sauf que la vérité c'était que l'admettre était un pas vers la guérison. Il accueillit le sachet du revers de la main, et sa main se crispa dessus l'espace d'un instant avant qu'il ne l'enfouisse dans sa poche arrière. Même si maintenant, il était évidemment beaucoup moins à l'aise, il n'aimait pas cette sensation d'avoir cette saleté sous sa responsabilité, il baissa le regard, avant de se relever de son banc pour s'approcher d'elle.

" Tu me crois vraiment si stupide " lâcha-t-il, alors que son regard vert se posa sur elle, avec une certaine dureté au fond des yeux " Tu crois vraiment que j'ai pas fait ce coup là, plus d'une centaine de fois et plus encore. Tu sais quoi ? Si c'est ce que tu veux alors je vais partir, parce que la vérité est que je ne te dois strictement rien, à vrai dire. Je voulais juste que tu vois qu'il y a encore cette fille au fond de toi, qui donne envie aux gens de s'accrocher à elle."

Il glissa sa main dans la veste de la jeune femme, et s'empara des derniers cachets qu'elle avait dissimulé, parce qu'il avait beau promettre de partir, ce n'était pas l'évidence qu'il le ferait. Il finit par s'approcher de la poubelle qui trônait à ses côtés, et jetait les cachets au fond. Même si la droguée, face à lui, n'hésiterait pas une seule seconde à se plonger les deux mains dans une poubelle pour récupérer son bien. C'était la drogue qui parlait dans ces cas là, pas la fille derrière, et il lui était arrivée plus d'une fois, de faire beaucoup plus écœurant pour récupérer une partie de la drogue qu'on lui retirait. Il écrasa la cigarette qui s'était consumé presque toute seule. Il s'était détourné d'elle, pas parce qu'il la fuyait non, mais parce qu'il savait qu'à ce moment précis, la colère et la frustration s'imprimait sur chacun des traits de son visage. Une colère qui ne lui était même pas destiné, mais elle lui rappelait tellement l'être qu'il avait pu être, celui dont l'ombre le rongeait de remords à longueurs de temps, celui qui avait causé la perte de Jamie, sans avoir jamais la volonté ou même l'esprit d'aider.

" Je vais te dire un truc, peut être que ta raison, peut être que la réalité est dure, et peut être que j'étais plus heureux quand je me droguais. Mais la vérité est que je n'étais même pas moi quand je me droguais et que les prétendus amis que j'avais ne l'était même pas. Que la seule personne à laquelle je tenais, je l'ai détruite à cause de cela, au lieu de lui rendre l'amour qu'elle me portait comme j'aurais du. La vérité, c'est qu'aussi bien soit le soulagement passager, la douleur sera toujours présente au fond, mais tu n'apprendras jamais à la gérer, juste à la dissimuler. Et comme une blessure mal soignée, elle finira juste par s'infecter encore et encore ... " Il fit une légère pause, son poing se crispant et un courant de violence sourde le traversant " Plus tu mettras de temps à le comprendre, plus les dommages collatéraux seront ingérables. Tu ne veux pas de mon aide, c'est ta décision, je ne peux rien y changer mais tu pourras me repousser autant de fois que tu voudras, si un jour, tu veux mon aide alors je répondrais présent quand même."

Et il ne mentait pas, parce qu'elle pouvait dire tout ce qu'il y avait de plus blessants, au final, il comprenait que ce n'était même plus elle qui parlait, mais cette souffrance qui la rongeait de l'intérieur. Parce qu'elle avait beau vouloir prétendre qu'ils étaient différents l'un de l'autre, ils ne l'étaient pas et tout ce déni, cette amertume, cette colère, cette insolence, cette fausse frime. Tout cela il en avait lui même jouer les cartes, et plus d'une fois. Il finit par se retourner pour la regarder, lui faisant un léger signe de sourcil, comme pour lui dire, le choix t'appartient, tu es libre de partir d'où tu es venue, je t'arrêterais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirley Kelson

avatar

█ Messages : 79

MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   Jeu 11 Mar - 15:24

    Il ne fallut pas bien longtemps à Shirley pour se rendre compte que ses mensonges n'auraient pas l'effet recherché sur Declan parce qu'il connaissait déjà toutes les tactiques dont un drogué pouvait se servir. Alors étrangement, elle le laissa lui choper le reste de sa drogue sans bronché. De toute façon, elle n'avait pas la force nécessaire pour le repousser parce qu'elle savait qu'elle en sortirait perdante. Alors à quoi bon se battre si elle connaissait déjà l'issue de ce combat! De plus, les quelques mots qu'ils avaient prononcé raisonnaient en elle sans relâche. Il voyait une fille en elle qu'elle ne voyait plus depuis des années. Dans un sens, il était le seul à penser et à croire qu'elle arriverait à s'en sortir, ce qui la troubla puisqu'elle ne se rappelait même plus de la dernière fois que quelqu'un avait pu croire en elle de cette manière et encore plus depuis qu'elle avait commencé à se droguer.

    Elle le regarda alors s'éloigner et l'écouta impuissante. Elle était fatiguée de lutter alors elle s'avança vers le banc et s'asseya sans grande conviction. Elle laissa ensuite sa tête tombait entre ses mains puis soupira longuement, tentant de remettre de l'ordre dans ses pensées. Toute la colère qu'elle avait pu ressentir quelques instants auparavant s'était simplement évaporée pour laisser place à une grande tristesse qui ne se montrait généralement que lorsqu'elle était seule dans le noir. Sans qu'elle ne puisse la retenir, une larme coula le long de sa joue mais elle la chassa rapidement parce qu'elle ne voulait pas pleurer, elle ne voulait pas montrer ses faiblesses. Dans le fond, elle commençait peut être à se rendre compte qu'il avait en partie raison et que sa douleur intérieure ne faisait que grandir au fur et à mesure que les jours défilaient. Depuis un bout de temps, elle pensait attendre la mort mais peut être qu'après tout, la seule chose qu'elle attendait depuis tout ce temps, c'était un grand coup de main. Mais elle se refusait encore de l'accepter parce qu'elle ne se sentait pas encore prête. Au lieu de ça, elle resserra les poings et releva son regard sur Declan, rassemblant une dernière fois ses forces. « Tu veux entendre quoi ? Tu veux que je te dise qu'à chaque fois que je prends ses merdes, je m'autopersuade que ce sera la dernière fois, que demain, j'en prendrais moins ou que j'arriverais même à ne pas en prendre. Mais je sais que c'est faux, j'ai beau me jurer que c'est terminé, je n'arrive plus à m'en passer parce qu'il y a toujours un moment de faiblesse où l'envie est plus forte et la tentation insoutenable. » Elle fit une pause parce qu'un nœud était entrain de se former au sein de sa gorge et elle savait à ce moment précis, qu'elle n'était plus la fille forte et arrogante. Elle était simplement lâche pourtant elle continua parce qu'elle avait besoin de s'entendre dire ses quelques mots pour se rendre vraiment compte de la réalité dans laquelle elle vivait. « Tu sais quoi, tu serais arrivé il y a deux ans, peut être que ça aurait été différent parce que j'étais plus forte moralement mais aussi physiquement. Alors non, je ne peux pas … je ne veux pas faire remontrer cette fille que tu vois à la surface parce que sinon je devrais automatiquement me résoudre à avouer que je suis dépendante de ses saloperies. Donc oui, peut être qu'elle me guide mais au moins, quelqu'un le fait. Alors au diable l'amitié, l'amour, la famille et tout le reste ... »

    Peut être que la drogue parlait à sa place, peut être que non. Elle ne savait plus vraiment après tout, pour l'instant, tout ce qu'elle souhaitait c'était s'en aller et c'était bien ce qu'elle comptait faire. Elle avait besoin de réfléchir à tête reposée alors elle se releva et se dirigea vers cette poubelle. Elle était consciente d'être pathétique, minable, faible mais elle n'arrivait pas à s'en passer et les mots de Declan ne pourraient surement rien y faire. Elle ouvrit le couvercle de celle-ci et se pencha afin d'en récupérer le plus possible. Elle avait l'impression que tous les regards étaient posés sur elle alors que pourtant personne ne la regardait et l'envie de fuir se fit alors encore plus omniprésente. Elle avait honte d'elle, honte de ce qu'elle était devenue. Elle savait qu'elle pouvait de nouveau les lâcher mais si on venait à lui demander, elle dirait simplement qu'elle ne voulait pas que quelqu'un de sain tombe dessus parce qu'en vérité, elle ne souhaitait à personne même pas à son pire ennemi de tomber dans cet engrenage. Elle se redressa ensuite et enfouit le tout dans sa poche avant de croiser les bras et de regarder une dernière fois Declan. D'une voix faible et quasiment inaudible, elle murmura simplement. « Désolée. » De quoi était elle désolée ? De ne pas être assez forte, de ne pas avoir son courage, de ne pas avoir sa lucidité, de ne pas avoir quelqu'un dans sa vie qui valait la peine qu'elle se batte pour lui. Parce qu'au fond, elle le savait. Elle décevait toujours tous les gens qui l'entouraient alors elle savait que si elle venait à accepter son aide, un jour, elle le décevrait tout comme elle avait déçu la totalité de son ancien entourage. Puis sans retourner, elle s'en alla rapidement. La suite de son programme était déjà tout tracé et sa dose n'en serait une nouvelle fois que plus forte et plus libératrice.

TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Now the drugs don't work. They just make you worse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Now the drugs don't work. They just make you worse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights & Glitters :: Los Angeles :: 
VALLEE DE SAN FERNANDO
 :: Griffith Park
-
Sauter vers: